Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
L’observatoire du stress
L'Observatoire du stress CFE-CGC a été créé en 2000 par le docteur Bernard Salengro, médecin du travail. Son objectif  est de rendre visibles les souffrances de l'encadrement soumis au stress en entreprise.
L'observatoire du stress, c'est une équipe de professionnels (médecins du travail, assistantes sociales, psychologue, ergonome, avocat etc.) qui reçoit les informations et les traite afin d'alerter les pouvoirs publics. L'objectif  est  de provoquer l'étude scientifique du sujet et sa reconnaissance juridique pour qu'à terme sa prévention se mette en place.

Que fait l’Observatoire du stress au quotidien ?

- il recueille des témoignages
- il repère les grands thèmes récurrents
- il met en lumière le phénomène assimilable à maladie professionnelle
- il publie des baromètres stress
 
 
Les travaux de L'Observatoire du stress ont eu un large écho dans les médias, contribuant à lever les tabous entourant le stress des cadres.

Quelques exemples d’actions contre le stress en entreprise

L'initiative confédérale a permis l'émergence de revendications de salariés décidés à parler du stress au sein de leur entreprise. Voici quelques exemples d'initiatives menées, qui pourront vous donner des idées :
 
N'oubliez pas que nous sommes à votre disposition  et que nous pouvons vous mettre en contact avec des personnes qui pourront vous aider à lutter contre le stress dans votre entreprise :
 

Un observatoire du stress chez France Télécom

La mise en place
La CFE-CGC de France Télécom, sous la houlette de Pierre Morville, délégué syndical, a lancé en juin 2007, en collaboration avec Sud, un «observatoire national du stress et des mobilités forcées» en réaction au plan de restructuration de la direction qui vise à la suppression de 22 000 postes. L'objectif est de soutenir et informer les salariés poussés vers la sortie. Face aux mobilités forcées, aux pressions aux restructurations, transferts et fermetures de sites,  l'observatoire du stress France Télécom a permis de tirer la sonnette d'alarme.
Un questionnaire en ligne, sur un site web dédié a permis de recueillir les remarques des collaborateurs, les enquêtes ont été validées par un «comité composé de personnalités du monde scientifique. Les résultats sont édifiants : : 66 % des salariés de France Télécom sont en état de stress et 15 % se considèrent en situation de «détresse» !
Un parcours semé d'embûches
Cette initiative s'est faite grâce à l'intervention des syndicats (CFE-CGC et Sud). Mais sa mise en place a été semée d'embûches. A l'origine le site devait figurer sur l'intranet de France Télécom. La direction, en réaction, a fermé l'accès, si bien  que le site a finalement dû être hébergé sur une page externe à l'entreprise !
Pire, les médecins du travail ont reçu l'interdiction de participer aux «assises de l'observatoire du stress.
Question à Pierre Morville, créateur de l'Observatoire du stress France Télécom  et délégué syndical CFE-CGC : "Comment est née votre initiative ?" : 
 « Alors que la direction refusait de prendre en compte la mesure du phénomène, nous espérions faire remonter les conséquences de la restructuration invisible. Il s'agissait aussi de faire sortir de l'isolement les salariés. La réponse de la direction au CHSCT a été d'embaucher un cabinet pour apprendre à mieux gérer le stress. Mais ils ne vont pas au fond du problème. Il y a un refus total de reconnaître le problème. La mise en place de cellules d'écoute nous laisse sceptiques car il faut combattre les causes et non les effets Tant que le stress et la souffrance au travail ne seront pas considérés comme des maladies professionnelles dont le coût doit être pris en charge par les entreprises, et non la collectivité, je ne vois pas pourquoi les directions changeraient de stratégie»
 

Une enquête sur le stress chez Michelin

Michelin a décidé pour la première fois de mesurer en quoi l'organisation du travail pouvait être un facteur de stress. Une revendication portée par la CFE-CGC. Un groupe de travail paritaire, assisté d'un expert, a été mis en place. Une enquête sur le stress va être conduite, au cours du premier semestre 2008, sur un secteur d'activité du site des Carmes de Clermont-Ferrand.  Le choix de cette activité répondra aux deux critères que sont :
  • un nombre important de salariés pour que l'activité soit représentative
  • des présomptions fortes d'exposition à des facteurs de stress 

Les baromètres stress : qu'est-ce que c'est ?

Depuis 2003, la CFE-CGC réalise et  publie deux fois par an  le  "baromètre stress CFE-CGC" , un outil de veille barométrique réalisé par Opinionway. Le baromètre stress se présente sous la forme d'un questionnaire, diffusé auprès d'un panel représentatif du personnel d'encadrement.
La comparaison des résultats dans le temps permet de mesurer l'évolution de la problématique du stress au travail afin de susciter une prise de conscience et une réflexion au plus près des préoccupations des salariés.
Il s'agit en particulier d'analyser à la fois les facteurs de stress dans l'environnement professionnel et les effet du stress sur la santé des cadres, les symptômes.
Le baromètre stress poursuit quatre objectifs :
  • enrichir les réflexions et les tendances constatées au sein de l'Observatoire
du stress tout en affinant son expertise,
  • donner la parole à ceux qui souffrent, briser le silence et l'isolement et mettre à la disposition des salariés des réponses adaptées à leurs préoccupations en termes d'écoute, d'aide et d'assistance.
  • Sensibiliser l'opinion et les pouvoirs publics sur ce problème
  • Intervenir de façon proactive dans le débat public.

PSYA : le soutien aux adhérents en détresse

Au-delà des enquêtes, des constats et des travaux européens, la CFE-CGC a voulu agir concrètement pour aider les personnes en situation de stress ou de harcèlement.
C'est pourquoi elle propose, depuis novembre 2003, à tous ses adhérents un nouveau service personnalisé d'écoute et d'accompagnement, en partenariat avec le Cabinet PSYA, premier service professionnel spécialisé dans le soutien psychologique par téléphone et par Internet.
La CFE-CGC est la première organisation syndicale en Europe à proposer ce service, afin d'aider à mieux gérer le stress provoqué par des situations difficiles pouvant avoir un impact sur la qualité de vie personnelle ou professionnelle. Ce service n'est pas destiné à résoudre le problème du stress ou du harcèlement au travail, c'est avant tout un service d'écoute.

La sensibilisation des publics

La CFE-CGC interpelle le grand public et les médias depuis de nombreuses années sur la montée des risques psychosociaux au travail.
Régulièrement elle intervient dans la presse via des interviews, des tribunes, des communiqués.
Depuis 2007, elle organise des réunions et tables-rondes autour du stress et de la souffrance au travail. Ces tables-rondes réunissent des spécialistes : médecins, économistes, syndicalistes. Elles sont ouvertes au grand public.
Table ronde Stress à Poitiers - 10 septembre 2009 
Jean-Marie Nocquet, président de l'union régionale CFE-CGC Poitou-Charentes et son équipe ont accueilli jeudi 10 septembre 2009 à Poitiers plus de 150 participants à la table ronde décentralisée "Stress : quelle politique de prévention ?".
Le président régional a rappelé que la CFE-CGC était la seule confédération syndicale à s'être dotée des moyens nécessaires pour lutter contre le stress dans l'univers professionnel...
Cette rencontre était co-animée par Carole Couvert et Bernard Salengro, secrétaires nationaux confédéraux et conclue par Bernard van Craeynest, qui a fait un tour d'horizon de l'actualité.
Table ronde "Ne plus travailler la peur au ventre" 12 novembre 2008
Alain Olive, secrétaire général de l'UNSA et Bernard van Craeynest, président de la CFE-CGC ont le plaisir de vous convier au colloque "Ne plus travailler la peur au ventre" à l'université Paris VII - amphithéâtre 2.
Table ronde stress - 5 novembre 2008
Bernard van Craeynest, président de la CFE-CGC et Pierre Ferracci, président directeur général du Groupe ALPHA ont eu le plaisir de vous convier à la table ronde "Comment prévenir le stress ?" au siège du Groupe ALPHA.
Ont également participé :
François Cochet, directeur associé du Groupe ALPHA,
Philippe Douillet, chargé de mission à l'ANACT, en charge du projet "Prévention du stress et des risques psychosociaux",
Bernard Salengro, secrétaire national CFE-CGC et responsable de l'Observatoire du stress.
Stress : perspectives et solutions - 15 avril 2008
En partenariat avec le magazine Newzy et l'université Paris-Dauphine, la CFE-CGC organise une table ronde intitulée "Stress : perspectives et solutions" mardi 15 avril. Cet événement a lieu à l'Université Paris-Dauphine de 9 heures à 12 heures (accueil dès 8h30). Cette table ronde sera présidée par Bernard van Craeynest et Laurent Batsch, président de l'université Paris-Dauphine.Ont d'ores et déjà répondu présents pour intervenir à cette table ronde :- Jean-François Chanlat, professeur à Paris-Dauphine,- Jean-Claude Delgenes, directeur général de Technologia, - Philippe Douillet, chargé de mission au département santé et travail de l'Anact, - Béatrix Grégoire, rédactrice en chef du magazine Newzy,- Patrick Légeron, psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne, directeur du cabinet Stimulus et auteur avec l'économiste Philippe Nasse du rapport sur la détermination, la mesure et le suivi des risques psychosociaux remis le 12 mars à Xavier Bertrand,- Laurence Servel, directrice du nouveau master de Paris-Dauphine "Management, travail et développement social",- Thierry Rochefort, responsable du département Synthèses à l'international à l'ANACT et bien évidemmentBernard Salengro, secrétaire national confédéral.Norbert Alter, co-directeur du nouveau master "Management, travail et développement social" et "grand témoin" de cette rencontre clôturera cette matinée de réflexion et d’échanges.
Table-ronde du 3 juillet 2007
Les idées phares
« La politique de prévention du stress.
Bernard Van Craeynest, président de la CFE-CGC a fait le constat troublant que le travail, normalement source de valorisation, est aujourd'hui source de stress et peut aller jusqu'à tuer ! Bernard Salengro, secrétaire national en charge des questions de santé au travail, a fait intervenir plusieurs observateurs, à commencer par Dorothée Ramaut, médecin du travail dans un hypermarché, qui brise les tabous sur la souffrance des cadres dans son livre «Journal d'un médecin du travail.
Philippe Askenazy (CNRS) l'a confirmé : «les cadres sont touchés comme tous les autres salariés», même si le mot stress est brouillé par de trop nombreuses définitions. Une certitude cependant : le stress cumule les contraintes, physiques et mentales et Philippe Askenazy voit son origine dans les nouveaux modes d'organisation du travail. Ils ont induit un «délitement du collectif» que n'équilibrent ni le travail en équipe ni le principe d'autonomie, celui-ci étant même «facteur d'isolement. L'économiste confirme également le coût indirect que représente le stress pour la société : 3 % du PIB, soit cinquante milliards d'euros par an ! Ce qui rend d'autant plus regrettable le véritable «déni» des dirigeants d'entreprise, en France, sur cette question, favorisé par la conjonction de plusieurs «faiblesses» : celles des syndicats, de l'État, des médecins de ville peu formés à ces questions et des Français eux-mêmes qui culpabilisent face au travail.Le stress professionnel est dès lors un révélateur d'inefficacité de notre économie.
Bernard Salengro a dit l'importance qu'il y avait à rendre visibles ces phénomènes de manière à déclencher une prise de conscience, préalable aux actes de prévention, comme il est nécessaire de faire entrer le stress dans la logique financière de l'entreprise, c'est-à-dire donner un prix à la maladie professionnelle pour qu'elle soit considérée dans ses impacts. 

(source : www.cfecgc.org)

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de cfecgc.urssafnordpasdecalais
  • Le blog de cfecgc.urssafnordpasdecalais
  • : (2ème blog, voir rubrique liens utiles : http://cfecgc.urssafnordpasdecalais.over-blog.com)
  • Contact

Présentation de livres

Le stress des cadres, Bernard Salengro


Cet ouvrage propose des témoignages suivis d'explications et d'analyses donnant des clés pour la compréhension et la prévention des pratiques de harcèlement moral au sein des entreprises. Les professionnels et membres d'encadrement sont d'autant plus concernés qu'ils sont les plus touchés.  Les entreprises sortiront gagnantes d'une prise en compte de ce phénomène à sa juste réalité en ne pratiquant plus le déni.

Le management par la manipulation mentale
, Bernard Salengro, L'Harmattan, 2006

Bernard Salengro met dans son second ouvrage, l'accent sur des situations vécues comme des manipulations. Par leur sincérité et l'analyse que Bernard Salengro a pu en faire à la lumière des derniers travaux de psychologie, les témoignages poignants publiés dans cet ouvrage donnent de précieuses clés pour la compréhension et la prévention de pratiques de harcèlement moral au sein des entreprises.

Journal d'un médecin du travail,
 Dorothée Ramaut, édition Le Cherche midi, 2006

Présentation de l'éditeur :
Un adage affirme : " le travail c'est la santé ".  
Réalité ? Peut-être pas. Il s'agit même pour certains d'une véritable torture morale. Le journal tenu par le docteur Dorothée Ramaut pendant six ans est un témoignage unique de la détresse et la souffrance psychologique des salariés d'une grande surface. Elle y dénonce un harcèlement " stratégique " et systématique appliqué à l'ensemble de la hiérarchie. Le docteur Ramaut est le premier médecin du travail à rompre le silence trop longtemps gardé sur ces méthodes " contraires aux droits de l'homme ".

Stupeur et tremblements
, d'Amélie Nothomb (roman), Le Livre de poche, 2001

Employée comme interprète au sein d'une entreprise japonaise, l'héroïne se retrouve, après plusieurs incidents, rétrogradée au simple rang de "nettoyeuse de chiottes". Description d'un monde du travail très particulier...

Harcèlement moral dans la vie professionnelle, 
 Marie-France Hirigoyen, Pocket, 2002

Le harcèlement moral au travail est une des violences les plus destructrices qui soient. Le succès du premier ouvrage de Marie-France Hirigoyen, paru en 1998, démontre que chacun d'entre nous est un pour l'acteur ou le témoin de ce phénomène social dont on ignorait jusque-là l'ampleur. Depuis, les témoignages se sont accumulés, de multiples affaires ont éclaté, dans le public ou le privé, un débat permanent s'est instauré dans les médias entre psychologues, chefs d'entreprise, syndicalistes, parties prenantes de ce fléau ordinaire. Riche de quatre années d'expériences et de réflexions nouvelles, Marie-France Hirigoyen, dans ce second ouvrage paru sous le titre original "Malaise dans le travail, harcèlement moral - Démêler le vrai du faux", affine son analyse, poursuit son combat, afin de mieux comprendre et prévenir.

Le harcèlement moral au travail,
 Philippe Ravisy, édition Dalloz-Sirey

Face noire du monde du travail, ce mal n'épargne personne : cadres, employés, fonctionnaires...
De silences en sous-entendus, de brimades en vexations, de déstabilisations en humiliations, le harcèlement s'installe. Aller au travail devient un enfer. La dépression succède à l'incompréhension. Le législateur est heureusement intervenu pour combattre ce fléau avec la mise en place d'un " dispositif anti-harcèlement " : d'un côté, la loi interdit, sanctionne et prévient ; de l'autre, elle protège et facilite la preuve.
L'apport des toutes dernières décisions de justice est aussi essentiel pour déterminer et mettre en cause les responsabilités de chacun, en particulier celle de l'employeur. Philippe Ravisy, l'un des tous premiers avocats à s'être préoccupé du sort des victimes, explique dans ce livre comment faire pour s'en sortir et obtenir réparation. Précis, complet, accessible à tous, il permet de trouver sa solution et de la mettre en œuvre.
 
La persécution au travail, de Heinz Leymann

Ce livre - best-seller en Allemagne et dans les pays nordiques, publié une première fois en France sous le titre « Mobbing » révèle l'étendue d'un vaste fléau. De nombreux salariés sont, sans raison valable, victimes de leurs collègues, de leurs supérieurs hiérarchiques, parfois même de leurs subordonnés coalisés contre eux: on les harcèle, on les met en quarantaine, on les humilie, on tente de les briser par tous les moyens. 
Comment identifier la persécution professionnelle? Comment la combattre? Quels sont les recours dont dispose le salarié? En répondant à ces questions, H. Leymann en appelle à la constitution concrète d'une véritable éthique professionnelle. 

L'open space m'a tuer,  Alexandre des Isnards et Thomas Zuber 
 
Le livre met en scène des tranches de vie en racontant le quotidien pas toujours glorieux des jeunes cadres des années 2000. Fini le jeune ambitieux des années 1980. Le trentenaire d'aujourd'hui prend ses RTT, ses congés, et pense que la vraie vie est ailleurs. Réussir sa vie et sa carrière semblent devenus deux objectifs antinomiques. 
Les nouvelles méthodes de management sont peut-être alléchantes sur le papier, mais carbonisent vite les jeunes recrues qui, passée l'ivresse des premiers mois s'éloignent de l'entreprise. Malaises vagaux sur le lieu de travail, dépendance médicamenteuse, dépression, départ du jour au lendemain de jeunes bardés de diplômes pour une ONG humanitaire : les jeunes cadres dynamitent. Jusqu'à présent, ils continuaient à faire bonne figure. Avec ce livre, ils décident enfin d'ôter le masque.

Petit traité contre le sexisme ordinaire de Brigitte GRESY
LE LIVRE 

Entrons en résistance ordinaire contre le sexisme ordinaire ! 

Ce que l’auteur nomme « sexisme ordinaire » ne relève ni de la discrimination ni de l’inégalité avérée pour lesquelles il existe des lois. Il s’agit de tous ces petits signes de la vie de tous les jours, ces minuscules blessures, mots et signes de condescendance, de rejet, de paternalisme qui infantilisent souvent les femmes sans qu’elles sachent comment y faire face.  

Dans les relations de travail, entre collègues, face aux cadres dirigeants ou quand elle est supérieure hiérarchique, une femme rencontre quotidiennement ce qui fait le gisement du sexisme ordinaire : condescendance, dénigrement, obstruction, exclusion, fausse courtoisie, 

blagues douteuses. A travers un certain nombre d’anecdotes prises sur le vif, l’auteur débusque avec passion mais aussi humour, ce qui entrave, blesse, contrarie ou bloque le comportement des femmes et les rend parfois impuissantes à réagir. Et elle propose une sorte de boîte à outils personnelle pour mener des opérations de résistance au quotidien. Le propos est ici celui de la connivence, de l’invitation au jeu si important de la négociation pour ne pas perdre la face et ne pas faire perdre la face à l’autre, et pour aider à tracer son chemin face aux stéréotypes et à la guerre larvée de l’égalité.  

L’auteure renvoie à un site WWW.sexismeordinaire.com pour qu’hommes et femmes racontent leurs propres histoires vécues dans leur milieu de travail.  

L’AUTEUR 

Brigitte Grésy, énarque et agrégée de grammaire, a été directrice de cabinet de la ministre de l’égalité professionnelle et de la parité. Elle est actuellement inspectrice générale des affaires sociales, rapporteure de la commission sur l’image des femmes dans les médias et a remis en 

juillet dernier au ministre du travail un rapport sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.  

 

Osez le dialogue social dans l'entreprise

 

Faire du dialogue social un levier de la performance globale de l’entreprise en prenany en compte les attentes des salariés, c’est possible ! 

Qui a dit que le dialogue social était bloqué en France ? Tous les jours, dans des entreprises, même en temps de crise, dirigeants et syndicalistes discutent, négocient et trouvent des solutions nouvelles alliant performance globale de l’entreprise et prise en compte des attentes des salariés. 

Comment formaliser le dialogue social dans une PME en croissance ? 

Comment mettre en oeuvre l’accès des personnes handicapées à l’emploi ?

Comment anticiper les besoins de formation des salariés pour sécuriser leurs parcours professionnels et développer l’entreprise ?

Comment concilier droit des saisonniers et qualité du service touristique ? 

En neuf cas d’entreprises de tailles et de secteurs variés, cet ouvrage donne la preuve par l’exemple que le dialogue social est bénéfique pour les salariés comme pour la performance durable des entreprises. 

La parole y est donnée à des dirigeants et syndicalistes qui racontent sans fard les réalités de leur dialogue social. 

Les rédacteurs : 

Marie-Noëlle Auberger, consultante et rédactrice dans le domaine des relations sociales, de la gouvernance et de la responsabilité sociétale des entreprises.(www.gestionattentive.com). 

Nicolas Duffour, journaliste, conseil en communication, animateur de débats et colloques, présentateur d’IPSOS TV. 

Dominique-Anne Michel, journaliste, réalisatrice, conseil et formatrice en communication. Coordinatrice éditoriale de l’ouvrage. 

François Perrin, journaliste. 

Jean-Paul Guillot est docteur d’État es sciences économiques. Créateur, dirigeant et administrateur d’entreprises, il est président de Réalités 

du Dialogue Social (RDS), depuis 2005. 

Carmen Rubia est diplômée du Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes. Directrice adjointe des relations extérieures du groupe Aprionis, elle est responsable du groupe de communication de RDS. 

L’association RDS réunit des entreprises, des structures publiques et l’ensemble des organisations patronales et syndicales représentatives au plan national. Lieu d’échanges ouvert, elle s’attache à promouvoir un dialogue social de qualité. 

 

(source : www.cfecgc.org) 

Recherche