Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 10:42
Regards croisés n°60
Regards croisés n°60
Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 10:39

La CFE-CGC salue l’accord climatique signé à Paris. Pour relever le défi climatique, c’est désormais l’engagement de chacun qu’il faut assurer. Pour la CFE-CGC, la mobilisation des salariés est essentielle pour transformer l’essai.

S’il n’est pas une fin en soi, cet accord consacre la prise de conscience collective, politique et citoyenne, et l’urgence de l’action face au réchauffement climatique. Avec ce 1er accord universel sur le climat, véritable cap de bonne espérance, l’engagement dans le défi climatique s’accélère. La CFE-CGC se félicite que nous empruntions un nouveau chemin, celui d’un vrai virage vers une société et une économie décarbonées.

Même si cet accord doit maintenant être ratifié par chaque pays, c’est une étape décisive qui vient d’être franchie sur le climat. La CFE-CGC salue l’objectif de contenir la hausse de la température bien en-deçà de 2°C d’ici la fin de siècle, la mobilisation financière des pays développés en faveur de la transition climatique des pays en développement ainsi que l’instauration d’un cycle quinquennal de révision des engagements des pays.

Toutefois, beaucoup reste à faire, les moyens de l’ambition affichée à la COP 21 n’étant ni assez précis ni à la hauteur des objectifs. Etant donnés l’inertie de la machine climatique et le niveau actuel des engagements volontaires qui conduisent à un réchauffement de près de 3°C, l’absence d’objectifs quantitatifs de réduction mondiale des émissions des gaz à effet de serre et de mécanismes fiscaux incitatifs ne permet pas de garantir que le volontarisme affiché au Bourget suffira à gagner le pari climatique.

La CFE-CGC regrette ainsi l’absence de tarification du carbone, car seul un prix universel du carbone permettra d’atteindre l’objectif de 1,5 ou 2°C. C’est un levier essentiel de la transition climatique mais aussi de la lutte contre le dumping carbone et ses risques de délocalisations carbone, au détriment de l’emploi et de la qualité de vie des salariés.

Si cet accord sur le climat est loin d’être complet, la CFE-CGC estime qu’il constitue le meilleur compromis politique possible, grâce à la mobilisation de la France et au soutien de l’Europe. Il s’agit désormais de le traduire en actes et de l’ancrer dans le quotidien des citoyens et des acteurs économiques afin de décarboner nos sociétés et nos économies.

Parce que l’évolution de leurs comportements en tant que citoyens, chefs de famille et consomm’acteurs est essentielle, les salariés sont au cœur du défi climatique. Ils sont les mieux placés pour s’assurer de la mobilisation des entreprises en faveur de la décarbonation de l’économie et de la réalité de leurs engagements climatiques. La mobilisation des salariés est donc essentielle pour relever le défi climatique, au quotidien et dans la durée.

Formation des salariés, implication des salariés dans une gouvernance d’entreprise plus responsable et un dialogue social de qualité car enrichis des questions environnementales et climatiques qui sont de plus en plus des questions stratégiques, organisation des transitions professionnelles vers une économie bas carbone et de filières industrielles porteuses d’emplois durables et qualifiés… les leviers de mobilisation des salariés sont nombreux.

Assurer la mobilisation des salariés via un dialogue social de qualité, c’est désormais le combat de la CFE-CGC pour réussir le défi climatique.

Dossier suivi par : Alexandre GRILLAT Secrétaire National - Développement Durable, Energies, RSE et Logement (alexandre.grillat@cfecgc.fr)

Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 10:36
Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 10:28
Regards économiques n°24
Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 10:24
UNIR Informations n°58
Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 13:49
Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 11:05

Carole Couvert Présidente de la CFE-CGC accompagnée par Jean Claude Delage Secrétaire Général d'Alliance Police Nationale ont été reçus vendredi dernier par le Premier ministre afin d’aborder les conséquences des terribles attentats perpétrés à Paris vendredi 13 novembre 2015.

Ils ont tenu tout d’abord à le remercier pour la tenue de cette réunion dans un délai rapide afin de pouvoir lui faire part des inquiétudes des salariés de l'encadrement et des 3 fonctions publiques.

La CFE CGC tient à saluer et valoriser le travail des services publics dans la gestion des suites des attentats.

Nous saluons les mesures annoncées par le gouvernement depuis vendredi dernier. L'urgence est aujourd'hui au recrutement dans la police et les douanes mais aussi à la formation de toutes ces recrues.

L'urgence c’est :

- la stabilisation des moyens octroyés aux pompiers, via les SDIS en garantissant des budgets et des effectifs pour les 3 prochaines années sur la base de 2014.

- la résorption dans la pénitencière les emplois vacants afin de stopper le mode dégradé.

- le renforcement des coopérations inter services polices, gendarmerie, douanes, police municipale et entreprises privées de sécurité tout cela organisé bien entendu sous le contrôle de l'Etat

En parallèle de toutes ces mesures, il est fondamental de rassurer tous les français afin qu'ils reprennent une vie sociale, culturelle et économique.

Le chaos économique ne doit pas succéder au chaos humain des terribles événements du 13 novembre 2015.

La sécurité des salariés dans les entreprises et dans leur vie privée est fondamentale. Beaucoup sont ceux aussi qui ont peur, sont choqués, doutent....

Certaines entreprises ont été fermées (4 jours pour Disney, théâtres, musées, cinémas, grands magasins etc....).

Les commerces enregistrent une baisse des ventes et les hôtels comme les restaurants connaissent de nombreuses annulations.

Il est donc urgent d'envoyer un message fort en direction des citoyens consommateurs, que nous sommes chacune et chacun, afin d'assurer la survie économique de notre pays.

Cette vie économique, sociale et culturelle est une priorité de la CFE- CGC. Les domaines du tourisme, hôtellerie, culture, commerces, spectacles, cinéma, casino, sport, .... doivent être supportés et il faut inciter les français à continuer de consommer pour soutenir l'économie.

Les adhérents de la CFE-CGC attendent une communication apaisée et des mesures du gouvernement pour :

préserver les emplois

faciliter l'insertion des jeunes, de tous les jeunes

soutenir les secteurs économiques impactés

soutenir les entreprises directement touchées

Nous devons aussi travailler l'après attentat, en redonnant du sens et des perspectives.

Nous devons maintenant remettre de l'humain au cœur de toutes les entreprises, notamment via des négociations sur la Qualité de Vie au Travail (QVT) afin de valoriser le capital humain que sont les femmes et les hommes qui travaillent en entreprise.

Nous tenons aussi rappeler que nous sommes attachés à la laïcité en entreprises

Nous devons aussi entre partenaires sociaux conclure la délibération sur le partage de la valeur ajoutée.

Certains collègues nous demandent la mise en place d'applications mobiles de signalement pour des événements exceptionnels.

L'urgence est pour nous à l'unité, la solidarité et à la mise en œuvre de toutes les mesures qui peuvent permettre de rassurer les salariés que nous représentons afin qu'ils reprennent une vie à peu près normale, non pas une vie comme avant, car nous ne nous faisons aucun doute, il y a un avant et un après attentat.

La situation exceptionnelle que nous connaissons aujourd'hui justifie la mise en œuvre de mesures exceptionnelles de sécurité publique pour préserver la première des libertés qui est la sécurité de chacune et chacun.

Nous attendons de l'Etat qu'il permette aux Français et aux Françaises de vivre et travailler en toute sécurité.

Contact CFE-CGC : Carole COUVERT présidente CFE-CGC : carole.couvert@cfecgc.fr

Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 10:46

Carole COUVERT présidente de la CFE-CGC vous prie de bien vouloir trouver ci-après le communiqué de presse de Synergies Officiers - CFE–CGC – CESI au sujet des attentats de Paris du 13 novembre 2015 dernier . Ce communiqué met en avant notamment les moyens et les mesures réclamés par Synergies Officiers.

Carole COUVERT Présidente de la CFE-CGC : carole.couvert@cfecgc.fr

MENACES TERRORISTES LE TEMPS DE L’ACTION !

Le 16 novembre 2015

SYNERGIE-OFFICIERS RÉITÈRE SES PROPOSITIONS

Face à l‘horreur des actes terroristes commis au coeur de notre capitale, il est désormais temps d’agir. Parce qu’ils sont les garants de la sécurité de tous nos compatriotes, et puisque la menace qu’ils ont à combattre a fait la preuve de sa barbarie aveugle, les Policiers doivent enfin disposer des armes juridiques et techniques leur permettant d’assurer leur mission en sécurité, et donc en efficacité.

Nos propositions juridiques :

La révision des règles de la légitime défense est plus que jamais nécessaire. Il ne s’agit évidemment pas de fournir aux policiers un «permis de tuer», mais au contraire de leur donner les moyens de défendre les personnes et les biens avec toute l’efficacité et la sécurité dont notre société a besoin.

SYNERGIE-OFFICIERS propose les modifications suivantes : Création de l'article 122-6-1 du Code pénal

« Ne sont pas pénalement responsables les dépositaires de l’autorité publique qui accomplissent un acte de défense lorsque des violences ou des voies de fait sont exercées contre eux.

Ne sont pas pénalement responsables les dépositaires de l’autorité publique qui déploient la force armée :

1° Lorsqu’eux-mêmes ou autrui sont menacés d’un danger imminent par des personnes armées.

2° Lorsque sont exercées contre eux-mêmes ou autrui des violences graves qu’ils ne peuvent faire cesser autrement.

3° Lorsque des personnes armées refusent de déposer leur arme après deux injonctions à haute et intelligible voix :

1re injonction : « POLICE ! » « Déposez votre arme » 2ème injonction : « POLICE ! » « Déposez votre arme ou je fais feu »

4° lorsqu’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent, les postes ou les personnes qui leur sont confiés.

5° Lorsqu'ils ne peuvent immobiliser autrement les véhicules, embarcation ou autres moyens de transport dont les conducteurs n’obtempèrent pas à l’ordre d’arrêt. Ils sont également autorisés à faire usage de tous engins ou moyens appropriés tels que herses, hérissons, câbles, pour immobiliser les moyens de transport quand les conducteurs ne s’arrêtent pas à leurs sommations. »

Nos propositions techniques

Les assauts sanglants et barbares subis par PARIS ce vendredi 13 novembre 2015 témoignent de la détermination et de la préparation des terroristes. Face à la réalité de ces combats à l’arme de guerre, les policiers doivent disposer SANS DELAI des moyens techniques propres à leur permettre de protéger leur intégrité, et celle de tous nos compatriotes.

SYNERGIE-OFFICIERS formule les douze propositions suivantes :

1. Mise en dotation immédiate d’un chargeur supplémentaire à grande capacité (19 coups) pour chaque personnel équipé du SIG SAUER 2022 avec un porte chargeur double et les munitions COP correspondantes afin de porter la capacité de feu sur le terrain de chaque fonctionnaires en service à 50 cartouches.

2. Commande et mise en service rapide d’une arme d’appui par véhicule ou patrouille. Pour les BAC et CDI fusils d'assaut calibre 5.56mm (PRIMO-INTERVENANTS)

3. Mise en dotation de boucliers balistiques souples à raison d’un équipement par véhicule de patrouille.

4. Accroissement du nombre de gilets pare-balles lourds en complément des dotations en cours.

5. Mise en dotation pour tous les personnels d’un casque lourd en complément des matériels existants.

6. Autorisation permanente de port d’arme pour tous les personnels des forces de sécurité intérieure (Police – Gendarmerie – Douanes – Polices Municipales) sur la totalité du territoire National.

7. A l’instar de ce qui est autorisé pour les officiers et sous-officiers des Armées, autoriser les policiers qui en feront la demande auprès de l’autorité préfectorale compétente, à acquérir et détenir une arme personnelle avec pour seule contrainte qu’elle soit chambrée en calibre .9mm Parabellum afin d’être compatible avec les munitions en dotation. (Cette mesure sera également applicable aux policiers et gendarmes servant dans la réserve).

8. Augmenter significativement le nombre de séances de tirs administratifs et repenser entièrement la doctrine d’engagement en matière d’ouverture de feu en organisant des stages de mises en situation adaptés.

Parallèlement, mise en place d’un partenariat avec la FFT visant à permettre l’accès aux policiers et gendarmes des stands de tirs civils sur des plages horaires déterminées pour permettre aux personnels qui le souhaitent de s’entrainer.

9. Contrôles mobiles aléatoires avec barrages et fouilles par les services de Police, de Gendarmerie et des Douanes sur tous les grands axes et péages routiers.

10. Allègement et simplification procédurale DRASTIQUES ET IMMEDIATS, à tous les échelons.

11. Révision complète de la formation initiale et continue concernant cette typologie d'évènements de guerre urbaine. Les policiers doivent être formés aux méthodes de guérilla urbaine face à la nouvelle menace protéiforme. 12. Gratuité des transports collectifs afin de permettre une réelle réactivité et mobilité des personnels

Dans ces temps troublés où la Police et ses cadres sont particulièrement éprouvés, SYNERGIE-OFFICIERS est plus que jamais à vos côtés.

Le Bureau National

SYNERGIE-OFFICIERS 2 Bis Quai de la Mégisserie 75001 PARIS - 01 40 13 02 85 – @ Nous écrire !

Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 19:45

Après les attentats effroyables commis cette nuit à Paris, les organisations signataires CGT - CFDT - CFE CGC – CFTC – UNSA – Solidaires – FSU assurent de leur solidarité toutes les personnes et leurs proches qui en ont été victimes.

En frappant indifféremment la population, en ciblant des lieux de culture, de sport ou tout simplement de loisirs et de rencontres amicales, fréquentés par beaucoup de jeunes, les terroristes envoient un message clair : c'est bien toute la société qui est aujourd'hui visée.

C'est pourquoi le mouvement syndical, tout comme il s'était rassemblé après les attentats de janvier dernier, exprime ensemble son émotion mais assure aussi que rien ne saurait remettre en cause sa détermination à lutter contre toute les atteintes à la démocratie, à la paix et aux libertés.

Comme elles l'avaient fait au début de l'année 2015 en décidant de travailler sur toutes les incidences pour le monde du travail, matérialisé par le texte "Vivre ensemble, Travailler ensemble", les organisations syndicales se retrouveront très prochainement pour poursuivre leurs échanges sur la situation créée par ces attentats et poursuivre leur engagement pour lutter contre les replis, les stigmatisations, les divisions, contre toutes tentatives de terreur dans lesquelles veulent nous enfermer les terroristes, afin de continuer à faire société ensemble.


Paris le 14 novembre 2015

Contact CFE-CGC : Pierre JAN – pierre.jan@cfecgc.fr

Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 18:36

Devant les évènements terrifiants survenus ce vendredi 13/11/2015 à Paris, la CFE-CGC Régionale assure toutes les familles des victimes de ses pensées, de sa solidarité et de son soutien.

Nous saluons l'ensemble des forces de l'ordre, des services de secours et de soins qui se dévouent sans compter au service de nos concitoyens.

Bien à vous

Raymond ANNALORO

Président de l'Union Régionale CFE-CGC Nord Pas de Calais.

Repost 0
Published by cfecgc.urssafnord
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de cfecgc.urssafnordpasdecalais
  • Le blog de cfecgc.urssafnordpasdecalais
  • : (2ème blog, voir rubrique liens utiles : http://cfecgc.urssafnordpasdecalais.over-blog.com)
  • Contact

Présentation de livres

Le stress des cadres, Bernard Salengro


Cet ouvrage propose des témoignages suivis d'explications et d'analyses donnant des clés pour la compréhension et la prévention des pratiques de harcèlement moral au sein des entreprises. Les professionnels et membres d'encadrement sont d'autant plus concernés qu'ils sont les plus touchés.  Les entreprises sortiront gagnantes d'une prise en compte de ce phénomène à sa juste réalité en ne pratiquant plus le déni.

Le management par la manipulation mentale
, Bernard Salengro, L'Harmattan, 2006

Bernard Salengro met dans son second ouvrage, l'accent sur des situations vécues comme des manipulations. Par leur sincérité et l'analyse que Bernard Salengro a pu en faire à la lumière des derniers travaux de psychologie, les témoignages poignants publiés dans cet ouvrage donnent de précieuses clés pour la compréhension et la prévention de pratiques de harcèlement moral au sein des entreprises.

Journal d'un médecin du travail,
 Dorothée Ramaut, édition Le Cherche midi, 2006

Présentation de l'éditeur :
Un adage affirme : " le travail c'est la santé ".  
Réalité ? Peut-être pas. Il s'agit même pour certains d'une véritable torture morale. Le journal tenu par le docteur Dorothée Ramaut pendant six ans est un témoignage unique de la détresse et la souffrance psychologique des salariés d'une grande surface. Elle y dénonce un harcèlement " stratégique " et systématique appliqué à l'ensemble de la hiérarchie. Le docteur Ramaut est le premier médecin du travail à rompre le silence trop longtemps gardé sur ces méthodes " contraires aux droits de l'homme ".

Stupeur et tremblements
, d'Amélie Nothomb (roman), Le Livre de poche, 2001

Employée comme interprète au sein d'une entreprise japonaise, l'héroïne se retrouve, après plusieurs incidents, rétrogradée au simple rang de "nettoyeuse de chiottes". Description d'un monde du travail très particulier...

Harcèlement moral dans la vie professionnelle, 
 Marie-France Hirigoyen, Pocket, 2002

Le harcèlement moral au travail est une des violences les plus destructrices qui soient. Le succès du premier ouvrage de Marie-France Hirigoyen, paru en 1998, démontre que chacun d'entre nous est un pour l'acteur ou le témoin de ce phénomène social dont on ignorait jusque-là l'ampleur. Depuis, les témoignages se sont accumulés, de multiples affaires ont éclaté, dans le public ou le privé, un débat permanent s'est instauré dans les médias entre psychologues, chefs d'entreprise, syndicalistes, parties prenantes de ce fléau ordinaire. Riche de quatre années d'expériences et de réflexions nouvelles, Marie-France Hirigoyen, dans ce second ouvrage paru sous le titre original "Malaise dans le travail, harcèlement moral - Démêler le vrai du faux", affine son analyse, poursuit son combat, afin de mieux comprendre et prévenir.

Le harcèlement moral au travail,
 Philippe Ravisy, édition Dalloz-Sirey

Face noire du monde du travail, ce mal n'épargne personne : cadres, employés, fonctionnaires...
De silences en sous-entendus, de brimades en vexations, de déstabilisations en humiliations, le harcèlement s'installe. Aller au travail devient un enfer. La dépression succède à l'incompréhension. Le législateur est heureusement intervenu pour combattre ce fléau avec la mise en place d'un " dispositif anti-harcèlement " : d'un côté, la loi interdit, sanctionne et prévient ; de l'autre, elle protège et facilite la preuve.
L'apport des toutes dernières décisions de justice est aussi essentiel pour déterminer et mettre en cause les responsabilités de chacun, en particulier celle de l'employeur. Philippe Ravisy, l'un des tous premiers avocats à s'être préoccupé du sort des victimes, explique dans ce livre comment faire pour s'en sortir et obtenir réparation. Précis, complet, accessible à tous, il permet de trouver sa solution et de la mettre en œuvre.
 
La persécution au travail, de Heinz Leymann

Ce livre - best-seller en Allemagne et dans les pays nordiques, publié une première fois en France sous le titre « Mobbing » révèle l'étendue d'un vaste fléau. De nombreux salariés sont, sans raison valable, victimes de leurs collègues, de leurs supérieurs hiérarchiques, parfois même de leurs subordonnés coalisés contre eux: on les harcèle, on les met en quarantaine, on les humilie, on tente de les briser par tous les moyens. 
Comment identifier la persécution professionnelle? Comment la combattre? Quels sont les recours dont dispose le salarié? En répondant à ces questions, H. Leymann en appelle à la constitution concrète d'une véritable éthique professionnelle. 

L'open space m'a tuer,  Alexandre des Isnards et Thomas Zuber 
 
Le livre met en scène des tranches de vie en racontant le quotidien pas toujours glorieux des jeunes cadres des années 2000. Fini le jeune ambitieux des années 1980. Le trentenaire d'aujourd'hui prend ses RTT, ses congés, et pense que la vraie vie est ailleurs. Réussir sa vie et sa carrière semblent devenus deux objectifs antinomiques. 
Les nouvelles méthodes de management sont peut-être alléchantes sur le papier, mais carbonisent vite les jeunes recrues qui, passée l'ivresse des premiers mois s'éloignent de l'entreprise. Malaises vagaux sur le lieu de travail, dépendance médicamenteuse, dépression, départ du jour au lendemain de jeunes bardés de diplômes pour une ONG humanitaire : les jeunes cadres dynamitent. Jusqu'à présent, ils continuaient à faire bonne figure. Avec ce livre, ils décident enfin d'ôter le masque.

Petit traité contre le sexisme ordinaire de Brigitte GRESY
LE LIVRE 

Entrons en résistance ordinaire contre le sexisme ordinaire ! 

Ce que l’auteur nomme « sexisme ordinaire » ne relève ni de la discrimination ni de l’inégalité avérée pour lesquelles il existe des lois. Il s’agit de tous ces petits signes de la vie de tous les jours, ces minuscules blessures, mots et signes de condescendance, de rejet, de paternalisme qui infantilisent souvent les femmes sans qu’elles sachent comment y faire face.  

Dans les relations de travail, entre collègues, face aux cadres dirigeants ou quand elle est supérieure hiérarchique, une femme rencontre quotidiennement ce qui fait le gisement du sexisme ordinaire : condescendance, dénigrement, obstruction, exclusion, fausse courtoisie, 

blagues douteuses. A travers un certain nombre d’anecdotes prises sur le vif, l’auteur débusque avec passion mais aussi humour, ce qui entrave, blesse, contrarie ou bloque le comportement des femmes et les rend parfois impuissantes à réagir. Et elle propose une sorte de boîte à outils personnelle pour mener des opérations de résistance au quotidien. Le propos est ici celui de la connivence, de l’invitation au jeu si important de la négociation pour ne pas perdre la face et ne pas faire perdre la face à l’autre, et pour aider à tracer son chemin face aux stéréotypes et à la guerre larvée de l’égalité.  

L’auteure renvoie à un site WWW.sexismeordinaire.com pour qu’hommes et femmes racontent leurs propres histoires vécues dans leur milieu de travail.  

L’AUTEUR 

Brigitte Grésy, énarque et agrégée de grammaire, a été directrice de cabinet de la ministre de l’égalité professionnelle et de la parité. Elle est actuellement inspectrice générale des affaires sociales, rapporteure de la commission sur l’image des femmes dans les médias et a remis en 

juillet dernier au ministre du travail un rapport sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.  

 

Osez le dialogue social dans l'entreprise

 

Faire du dialogue social un levier de la performance globale de l’entreprise en prenany en compte les attentes des salariés, c’est possible ! 

Qui a dit que le dialogue social était bloqué en France ? Tous les jours, dans des entreprises, même en temps de crise, dirigeants et syndicalistes discutent, négocient et trouvent des solutions nouvelles alliant performance globale de l’entreprise et prise en compte des attentes des salariés. 

Comment formaliser le dialogue social dans une PME en croissance ? 

Comment mettre en oeuvre l’accès des personnes handicapées à l’emploi ?

Comment anticiper les besoins de formation des salariés pour sécuriser leurs parcours professionnels et développer l’entreprise ?

Comment concilier droit des saisonniers et qualité du service touristique ? 

En neuf cas d’entreprises de tailles et de secteurs variés, cet ouvrage donne la preuve par l’exemple que le dialogue social est bénéfique pour les salariés comme pour la performance durable des entreprises. 

La parole y est donnée à des dirigeants et syndicalistes qui racontent sans fard les réalités de leur dialogue social. 

Les rédacteurs : 

Marie-Noëlle Auberger, consultante et rédactrice dans le domaine des relations sociales, de la gouvernance et de la responsabilité sociétale des entreprises.(www.gestionattentive.com). 

Nicolas Duffour, journaliste, conseil en communication, animateur de débats et colloques, présentateur d’IPSOS TV. 

Dominique-Anne Michel, journaliste, réalisatrice, conseil et formatrice en communication. Coordinatrice éditoriale de l’ouvrage. 

François Perrin, journaliste. 

Jean-Paul Guillot est docteur d’État es sciences économiques. Créateur, dirigeant et administrateur d’entreprises, il est président de Réalités 

du Dialogue Social (RDS), depuis 2005. 

Carmen Rubia est diplômée du Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes. Directrice adjointe des relations extérieures du groupe Aprionis, elle est responsable du groupe de communication de RDS. 

L’association RDS réunit des entreprises, des structures publiques et l’ensemble des organisations patronales et syndicales représentatives au plan national. Lieu d’échanges ouvert, elle s’attache à promouvoir un dialogue social de qualité. 

 

(source : www.cfecgc.org) 

Recherche